Aujourd'hui, le 29 février 2012 a été voté un projet de loi à Saint-Pétersbourg  contre " la propagande homosexuelle"L'homophobie est largement répandue en Russie. L'homosexualité y était considérée comme un crime jusqu'en 1993, et comme une maladie mentale jusqu'en  1999, bien après la chute du régime soviétique en 1991.

            Cette loi, adoptée en troisième et dernière lecture par 29 voix contre 5, punit les auteurs de tout "acte public" de promotion de l'homosexualité, de la bisexualité ou de la transexualité, commis à l'adresse de mineurs. La protection des mineurs est donc assurée, mais à quel titre peut on dire que ce qui concerne l'homosexualité, si ce n'est pas pornographique, peut mettre en danger des mineurs?

            De plus,cette loi prends une ampleur sans précédent car elle pénaliserait la lecture, l’écriture ou le débat sur tout ce qui touche à l’homosexualitéLes personnes physiques encourent une amende allant jusqu'à 3.000 roubles (75 euros). De leur côté, les organisations risquent entre 10.000 (250 euros) et 50.000 roubles (1.500 euros). Pour l'incitation à la pédophilie, l'amende maximale atteint un million de  roubles (25.000 euros), cette dernière étant positive, mais si elle n'était pas juste en rapport avec l'homosexualité, mais juste avec la pornographie et pédophilie en général. 

Ces deux hommes "promeuvent" l'homosexualité. 
Ils devront payer 125 euros d'amende.

            Cette loi a été écrite de façon à pouvoir être interprété de la manière qui arrange les autorités. En effet, le projet de loi ne définit pas le terme "d'acte public". Et les  défenseurs des droits de l'homme craignent dès lors qu'il puisse être utilisé pour réprimer les manifestations en faveur des droits des homosexuels, qui sont  régulièrement interdites dans le pays. "Cette loi est une honte", a déclaré Olga Galkina, une représentante du parti d'opposition libérale Iabloko à Saint-Pétersbourg. Mais le texte a été soutenu par le gouverneur de la deuxième ville de  Russie, Guennadi Poltavchenko, nommé par le Kremlin. Ses auteurs, membres du parti au pouvoir Russie unie, ont affiché l'intention de faire voter une loi équivalente au niveau national. Des législations du même type ont déjà été adoptées dans plusieurs autres régions russes. 


Cette loi peut-elle s'étendre à l'échelle mondiale?

            Bien entendu cette loi peut s'étendre partout où l'homosexualité n'est pas un minimum accepté, c'est à dire là ou l'homosexualité n'est pas pénalement punie. ( Voir la liste des pays contre l'homosexualité içi). 

            Cependant, les homosexuels des Etats-unis semblent épargnés car les Etats-Unis ont exprimé à plusieurs reprises leur réprobation à propos de cette législation constituant selon eux une atteinte aux libertés individuelles. La Russie a rejeté toute "ingérence" dans ses affaires intérieures.

            De plus, les homosexuels Européens semble aussi, pour l'instant, à l'abris d'une telle loi car le Parlement européen «condamne fermement l'adoption par l'Assemblée législative de Saint-Pétersbourg d'une loi contre la propagande sur l'orientation sexuelle» , et «condamne aussi des lois similaires adoptées dans les régions de Riazan, Arkhangelsk et de Kostroma».??Il invite toutes les autorités russes à «cesser de restreindre la liberté d'expression relative à l'orientation sexuelle ou l'identité de genre». ¨Pour la majorité des députés européens, ces lois sont tout simplement inacceptables, si la Russie ne prend pas au sérieux le respect de la Convention européenne des droits de l'homme, elle doit quitter le Conseil de l'Europe. Et plus que des déclarations, ces graves violations des droits humains doit avoir des conséquences sur les relations UE-Russie. 


Une pétition est disponible pour montrer au parlement Russe le mécontentement de cette violation contre la liberté d’expression et des droits de l'homme içi.